Aller au contenu principal

Rédiger une lettre d'intention, ou l'art de la concision

Rédiger une lettre d'intention, ou l'art de la concision

 Image de mains de femme tapant sur un ordinateur portable à côté d'une tasse de thé et de fleurs

Lettre d’intention, lettre d’intérêt, lettre de renseignements… voilà seulement trois des nombreux termes qui croiseront votre chemin alors que vous préparez vos demandes de financement. 

Les lettres d’intention (puisqu’il faut bien choisir un terme…) sont aussi appelées les lettres de présentation de l’univers du financement. Elles posent un défi particulier : vendre votre projet à un bailleur de fonds dans un nombre de mots restreint et un temps limité.

Le processus de présélection a certes des avantages. Pensez seulement au temps que vous gagnez parce que vous aurez su AVANT de préparer une demande complète que votre organisme n’est pas un candidat idéal! En même temps, il peut sembler décourageant de savoir que la réussite de vos efforts de financement dépend de votre aptitude à résumer et à faire des synthèses.

Voici donc un rappel de trois éléments cruciaux à respecter lorsque vous rédigez une lettre d’intention :

Soyez concis

Les bailleurs de fonds utilisent les lettres d’intention pour sélectionner les candidats les plus prometteurs avant d’étudier des demandes entières. Ce processus permet aux bailleurs de fonds d’économiser du temps et des ressources, mais il devrait avoir le même effet sur vous. N’oubliez pas qu’on vous demande de produire un résumé de votre projet, c’est-à-dire que votre lettre ne devrait comprendre plus que trois pages. Vous serez tenté d’ajouter des renseignements supplémentaires, mais résistez au désir d’y inclure tous les détails possibles et essayez de rédiger un document bref et concis. Respectez le nombre de mots prescrit et ne donnez aucune raison au bailleur de fonds d’écarter votre lettre avant même de l’avoir lue!

Parlez du pourquoi

Pour être concis, il faut concentrer sa réflexion sur les éléments essentiels : qui, quoi, où et quand. Plus important encore : la question du pourquoi. Souvent, nous nous perdons dans les détails du projet et oublions de souligner les raisons qui justifient l’importance du projet et, surtout, l’importance d’y faire participer le bailleur de fonds. N’hésitez pas à expliquer les changements et la différence que vous espérez accomplir en mettant en œuvre votre projet. À la fin, tout ce qui compte, c’est son impact (en anglais).

Laissez-vous inspirer

Tout collecteur de fonds qui se respecte sait qu’il ne peut se passer de recherches approfondies. La majorité des bailleurs de fonds affichent publiquement, dans leur rapport annuel ou sur leur site Web, leur mission et les objectifs qu’ils souhaitent réaliser au moyen de leur programme de financement. Profitez de toute information disponible dans la langue du bailleur de fonds pour structurer les éléments principaux de votre lettre d’intention. Après tout, cette information est censée vous aider à réussir! 

Pour d’autres conseils sur la rédaction de lettres d’intention qui sauront convaincre les bailleurs de fonds, explorez les ressources suivantes :

Abonnez-vous à 360°
Restez informé des nouvelles, activités et points de vue provenant de notre secteur.
Vous pouvez vous désabonner en tout temps en cliquant sur le lien indiqué dans votre courriel de confirmation.
Imagine Canada | 65 St Clair Avenue East, Suite 700, Toronto, ON M4T 2Y3
info@imaginecanada.ca
First and Last name
Language
Email app with notification badge
Autre blogue

Vos courriels sont signalés comme étant indésirables? Il est grand temps d’améliorer la réputation d’expéditeur de votre organisme à but non lucratif!

Ce pourcentage équivalait à la perte de 92 millions $ de dons éventuels pour les organismes à but non lucratif, à cause des filtres du courrier indésirable et des faibles taux de livrabilité.

Sam Lego (Auteure invitée)

Autre ressource

Cultiver de bonnes relations avec vos bailleurs de fonds

GC
Connexion Subvention
Des heures de recheche... en moins.