Aller au contenu principal

Que pouvez-vous faire pour encourager la responsabilité sociale individuelle?

Que pouvez-vous faire pour encourager la responsabilité sociale individuelle?

 Groupe de jeunes femmes rire et passer du bon temps ensemble

La Semaine de l’action bénévole est le moment idéal pour remercier les quelque 12,7 millions de bénévoles au Canada et pour reconnaître leur contribution.

Cette Semaine offre l’occasion de mettre en lumière la valeur sociale et économique dont bénéficient d’innombrables citoyens, organisations et collectivités, tout comme l’ensemble de la société, et de s’arrêter un instant pour réfléchir à l’évolution de l’engagement bénévole.

Une étude réalisée par Bénévoles Canada révèle l’émergence de la responsabilité sociale individuelle (RSI). Celle-ci fait partie intégrante de la vie quotidienne des gens et comprend une panoplie d’éléments au-delà du bénévolat, p. ex. notre empreinte écologique, nos décisions d’achat, notre choix d’employeur, les dons aux œuvres caritatives et le choix du lieu de vacances. La RSI (anglais) a été définie comme « un engagement continu à se comporter de manière éthique et à contribuer au développement des gens, tout en améliorant la qualité de vie d’autres personnes, groupes ou équipes, de même que la société dans son ensemble. » (traduction libre)

Comment les Canadiens assument-ils leur RSI?

Nous savons que 12,7 millions de Canadiens (44 %) font du bénévolat par l’intermédiaire d’une organisation; or, nous savons aussi que ce chiffre ne reflète qu’une partie de leur générosité. En effet, en plus de cet engagement, les Canadiens :

  • se mobilisent en dehors du cadre organisationnel : ils mettent sur pied des campagnes de sensibilisation et de promotion de causes sociales, recueillent des fonds en utilisant des canaux numériques, organisent des événements et mobilisent les gens autour d’enjeux qui leur tiennent à cœur;
  • font du sociofinancement : ils recueillent de l’argent par la voie du sociofinancement pour couvrir des coûts funéraires, participer à une mission de paix ou transformer un vieux camion en véhicule accessible;
  • prennent des décisions éclairées : ils déterminent leurs habitudes de consommation en fonction des pratiques de responsabilité sociale des entreprises et ajustent leur mode de vie au regard de préoccupations sociales et environnementales.

Les organismes communautaires face à la RSI

L’émergence de la RSI combinée au manque de temps constant qui caractérise notre vie en société met au défi les organismes communautaires qui doivent faire preuve de créativité pour offrir au public la possibilité de s’engager. Ils pourraient p. ex. créer des mini-occasions de bénévolat, c’est-à-dire des activités de courte durée réalisée seul et, possiblement, à domicile, ou des activités de promotion de leur cause par la signature d’une pétition ou l’envoi de messages de sensibilisation par les médias sociaux à partir des comptes personnels des bénévoles.

Certaines de ces nouvelles façons de faire, surtout celles réalisées à l’aide des réseaux sociaux, pourraient avoir comme effet qu’à l’avenir, les organismes ignoreront l’identité des personnes qui contribuent le plus à l’avancement de leur cause. Par conséquent, ils devront revoir leur modèle de gestion des relations (p. ex. fidéliser un bénévole pour en faire un donateur) et leurs pratiques de reconnaissance des contributions (p. ex. prix pour les bénévoles). De plus, il faudra de nouvelles méthodes et critères pour mesurer l’impact des programmes communautaires en ce qui concerne l’engagement du public.

Les entreprises et employeurs face à la RSI

Le secteur privé doit faire face à la fois à une certaine baisse de confiance des consommateurs et à des attentes croissantes en ce qui concerne son influence dans la société (Edelman Trust Barometer [en anglais], 2017). De nos jours, la plupart des entreprises savent que la responsabilité sociale des entreprises (RSE) est un vecteur de loyauté et ne peut plus être écartée des activités commerciales courantes. La RSE englobe de nombreux éléments tels l’empreinte écologique de l’entreprise, la gestion éthique de la chaîne d’approvisionnement, les pratiques d’embauche (diversité et inclusion), les dons aux œuvres caritatives, le bénévolat des employés et les relations communautaires. L’utilisation du pouvoir d’achat par les consommateurs pour encourager les entreprises socialement responsables constitue possiblement l’une des expressions les plus puissantes de la RSI.

Pour recruter et retenir les meilleurs employés, les entreprises et autres organisations doivent se montrer aussi créatives et flexibles que les organismes communautaires dans leur façon d’encourager, de soutenir et de célébrer l’expression de la RSI de leurs employés. Ainsi, elles pourraient envisager :

 

  • d’offrir des congés (normalement accordés pour faire du bénévolat dans un organisme communautaire) aux personnes qui s’occupent d’un voisin malade;
  • de mettre en valeur l’engagement des employés, qui va au-delà des activités bénévoles, p. ex. louer les habitudes d’un employé qui fait continuellement des choix écologiques;
  • d’accepter que les dons, dont les bénéficiaires sont choisis par les employés, soient versés à des organismes sans statut d’organisme de bienfaisance enregistré, p. ex. les équipes sportives communautaires ou les organismes de défense d’intérêts
  • Comme dans le cas des organismes communautaires, les entreprises ne prendront jamais connaissance de certaines initiatives RSI et ne pourront donc jamais les comptabiliser. Cette réalité met au défi les employeurs qui tentent d’améliorer les mesures utilisées pour évaluer l’impact de leurs programmes d’investissement communautaire. Toutefois, considérant que 68 pour cent des Canadiens (anglais) préfèrent travailler pour une entreprise avec une forte culture de bénévolat, l’encouragement de la part de l’employeur, son ouverture à l’égard de diverses activités RSI et son soutien permettront aux employés de s’investir pleinement dans leur travail et, par le fait même, de créer une meilleure culture de travail et d’améliorer les contributions à la collectivité.

Reconnaître la valeur du bénévolat, formel et informel

Chaque jour, les Canadiens font certains choix et posent des gestes pour faire du Canada un endroit meilleur et bienveillant : ils font des achats éthiques, s’engagent pour une cause qui leur tient à cœur et optent pour des moyens de transport écologique, entre autres. Le bénévolat et les activités RSI, qu’ils soient exercés dans un cadre formel ou informel, sur une courte ou longue période, à une ou plusieurs occasions, favorisent le développement de la confiance, des compétences, des liens interpersonnels et de la collectivité. Ces contributions apportent une valeur extraordinaire et nous devons leur rendre hommage. C’est pourquoi, du 15 au 21 avril, nous vous invitons à vous joindre à Bénévoles Canada et au Groupe Investors à l’occasion de la Semaine de l’action bénévole 2018 pour souligner la valeur du bénévolat sous toutes ses formes!

Nos auteurs invités s’expriment à titre personnel. Leurs opinions ne reflètent pas nécessairement celles d’Imagine Canada.

Abonnez-vous à 360°
Restez informé des nouvelles, activités et points de vue provenant de notre secteur.
Vous pouvez vous désabonner en tout temps en cliquant sur le lien indiqué dans votre courriel de confirmation.
Imagine Canada | 65 St Clair Avenue East, Suite 700, Toronto, ON M4T 2Y3
info@imaginecanada.ca
First and Last name
Language
Banner photo - buildings mirroring each other
Autre blogue

Élection 2019 – retour vers le futur?

GIF Back to the Future Doc Brown

Bill Schaper

Autre ressource

Portrait du secteur économique formé par les organismes de bienfaisance du Canada

PARTENAIRES NATIONAUX