Aller au contenu principal

Les 215 enfants découverts au pensionnat de Kamloops

Les 215 enfants découverts au pensionnat de Kamloops

Nouvelle

Au cours de la fin de semaine, de nombreuses personnes ont commencé à digérer la nouvelle de la découverte de 215 corps d’enfants au site de l’ancien pensionnat de Kamloops. C’est un récit de déshumanisation, du décès de ces enfants et de nombreux autres dans la solitude et dans des circonstances terrifiantes. Nous croyons les voix autochtones qui nous disent que le nombre exact de corps enterrés à cet endroit est supérieur et que d’autres enfants sont probablement encore enterrés à d’autres sites d’anciens pensionnats. 

Comme le dit Denis Carignan, membre de notre conseil d’administration, c’est une histoire de perte : « la perte des familles et des communautés et une perte pour tous les Canadiens quand d’autres vérités de notre histoire seront révélées. Nous sommes tous en deuil à cause de ce que nous avons fait en tant que pays. » 

Nous, en tant qu’organisme-cadre pour le secteur de la bienfaisance et sans but lucratif, réfléchissons aux séquelles du système des pensionnats autochtones, mis en œuvre dans le cadre d’un partenariat entre le gouvernement fédéral et des institutions caritatives canadiennes (les églises unie, anglicane et catholique). Ce système a duré plus d’un siècle et, en plus des souffrances de milliers d’élèves, a eu pour effet de démanteler les sociétés, les cultures et les familles autochtones et de neutraliser la résistance à l’occupation coloniale des terres.

Je suis plus dévastée par la surprise des colons que par la confirmation d'une vérité connue depuis des décennies dans nos communautés Secwepemc. Continuez à chercher, Canada - ce n'est que le début. Je n'ai pas besoin d'excuses, de rage et de tristesse. J'ai besoin que les colons fassent plus et soient meilleurs. — Kris Archie (@WeyktKris) 

La déshumanisation sous-jacente à cette histoire et à d’innombrables autres histoires se poursuit aujourd’hui sous de nombreuses formes : la normalisation du système des réserves, les revendications territoriales non résolues, la discrimination systémique mortelle contre les Autochtones dans les systèmes hospitalier et d’application de la loi. Force nous est de conclure que le Canada ne s’est pas réformé depuis le décès de ces enfants et qu’un travail immense est à faire. 

Nous encourageons tous ceux qui travaillent dans notre secteur à continuer à réfléchir à cette nouvelle et à en ressentir les effets. Comme l’a dit Cindy Blackstock, à l'émission The Current de la CBC : « L’intégrité est réelle quand vos mots ont un sens. » Pour aller de l’avant, il faut passer à l’action. 

Les organismes du secteur sans but lucratif et de la bienfaisance ont un rôle considérable à jouer pour modifier la trajectoire de notre héritage collectif. Des obligations communes nous incombent dans les 94 appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation. Les organismes sont responsables de leurs décisions de financement, défense de la cause auprès du gouvernement fédéral, conception de leurs programmes et des relations et pratiques internes. 

Les choix de nos organismes sont essentiels, mais nous devons également envisager notre travail collectif à l’échelle du secteur. On dit souvent que les organismes sans but lucratif et de bienfaisance comblent les lacunes laissées par le gouvernement et le secteur privé. Il est important que notre secteur choisisse toujours délibérément quelles lacunes combler et quelles structures et quels intérêts servir par ce travail.

Nous poursuivrons notre travail de concert avec les nombreux membres du secteur qui réclament au gouvernement des réformes structurelles de notre cadre réglementaire pour aider les organismes à collaborer plus étroitement avec les communautés autochtones. Par exemple, les modifications des exigences en matière de direction et de contrôle qui imposent des relations de financement paternalistes entre les organismes de bienfaisance et leurs partenaires sont une mesure nécessaire pour assurer la participation véritable du secteur à la réconciliation.  

Ressources

Centre national pour la vérité et la réconciliation - Université du Manitoba

Enfance oubliées - Les pensionnats indiens et leur héritage

Indian Residential School Survivors Society (Société des survivants des pensionnats autochtones - en anglais)

Legacy of Hope Foundation (Fondation autochtone de l’espoir - en anglais)

Réconciliation Canada (en anglais)

Revenir à l'Esprit (en anglais)

On Canada Project – Les colons passent à l’action (en anglais)

The Gord Downie & Chanie Wenjack Fund (Fonds Ford Downie et Chanie Wenjack - en anglais)

La ligne d’écoute nationale des pensionnats indiens aide les anciens élèves et les personnes qui en souffrent. Accédez à des services de soutien affectif et d’aiguillage en situation de crise en composant le numéro de la ligne d’écoute nationale : 1-866-925-4419.

Carte interactive : pensionnats indiens au Canada 

Femmes et filles autochtones disparues et assassinées : le rapport

Les pensionnats — Balados d’Historica Canada

Laissez-nous raconter : L’histoire crochie Balado de Radio-Canada

« Indigenous Canada » — Cours gratuit, offert par l’Université de l’Alberta, Faculté des études autochtones (en anglais)

Onze livres pour enseigner les pensionnats aux enfants (en anglais)

Appel au Jour de deuil national pour les enfants disparus dans les pensionnats autochtones

PARTENAIRES NATIONAUX